webleads-tracker

« En France, la fracture numérique est une réalité. Dans leur vie privée, les français sont très tournés vers le numérique mais il y a encore beaucoup à faire dans les entreprises françaises. »

Nick Leeder, directeur de Google France.

Avec cette déclaration, le directeur de Google a pointé du doigt le grand paradoxe français qui explique que les entreprises françaises montrent une réticence à se numériser malgré une population réactive aux divers outils numériques.

Il va même plus loin dans ses propos en expliquant que ce constat est d’autant plus problématique dans la mesure où ces deux données évoluent pourtant à la même vitesse dans les autres pays! Il affirme donc que la France se classe dans les derniers pays européens dans le domaine du développement numérique.

16_Nick Leeder_7555.jpg

Nick Leeder. Directeur de Google France

Nos entreprises françaises ont visiblement pris un train de retard dans la digitalisation, comparé à leurs homologues étrangers. Et comment ne pas être d’accord avec la déclaration de Nick Leeder! Les chiffres publiés par la FEVAD et le CREDOC en 2015 puis 2016 parlent d’eux-mêmes et confirment bien les propos tenus par le dirigeant de Google.

Les entreprises et la digitalisation

63% d’entre elles disposent d’un site internet. On assiste à un retard pris dans le basculement des activités des entreprises sur internet…

Moins de 50% des entreprises françaises ont entrepris une démarche digitale parce que 46% des dirigeants TPE se disent pas ou peu concernés par la transition numérique. La raison ? Des rigidités fonctionnelles, un manque de compétences, de connaissances, de budget, voire même la méfiance des salariés.

60% des dirigeants, managers n’ont pas mis en place d’actions d’information ou de formation sur les réseaux sociaux. Pourtant 92% des 18-24 ans sont membres des réseaux sociaux. Et le CREDOC a déclaré en mai 2016 qu’en l’espace de 3 ans, les réseaux sociaux ont surtout conquis les 25-39 ans (+17 points)

Etat du numérique en France

  • 84% de la population est connectée en France. Pour les 16% qui déclarent ne pas disposer d’internet à la maison: 2 personnes sur 3 qui déclarent ne pas l’être sont retraitées, habitantes de zones rurales ou ont plus de 70 ans.
  • 100 milliards d’euros. C’est ce que, le passage des entreprises au numérique pourrait faire gagner  par an à l’économie française. Selon Mc KINSEY.
  • 50 levées de fonds ont été recensé en mai 2016 par Frenchweb. La French Tech se caractérise donc par son dynamisme. Montant total de ces levées de fonds : 96,4 millions d’euros, soit plus du double des montants levés à la même période en 2015. Le ticket moyen est de 1,9 million d’euros sur la période (contre 1,5 million d’euros sur la même période en 2015).

Les français et le commerce en ligne

  • + 14,3% de croissance ont été enregistrés en 2015, pour le commerce en ligne français. Et cette tendance devrait se maintenir sur l’année 2016. Pourquoi ? Les acteurs ne sont pas les entreprises françaises mais la population française
  • 74% des français achètent en ligne VS 65% pour la moyenne européenne. Les français sont parmi les peuples les plus numérisés en Europe. Et il est prévu que cette tendance se renforce avec les usages mobiles.
  • 500 milliards d’euros, c’est ce que rapporte le e-commerce en Europe.  60% de ce chiffre d’affaires est partagé principalement entre 3 pays (Royaume-Uni, Allemagne, France)
  • Toutefois, 10% des sites internet réalise 90% des transactions e-commerce, selon la FEVAD.  Il faut souligner qu’en France, la majeure partie du chiffre d’affaires du e-commerce est généré et détenu par un petit nombre d’acteurs importants (Tel qu’Amazon par exemple).

Une France à deux vitesses

Ce que l’on retient de tout ça finalement, c’est que nous avons une France qui évolue digitalement à deux vitesses. D’une part, nous avons les entreprises françaises qui sont particulièrement avancées dans la digitalisation. Et d’autre part, les entreprises françaises qui peinent à le faire par manque de conviction, de temps, de compétences ou de budget. Pourtant, avec une population connectée à presque 90%, les entreprises françaises auraient matière à s’assurer une bonne visibilité et à trouver aisément leurs cibles avec Internet et les réseaux sociaux. Ou autrement dit, avec des leviers de valeur devenus non négligeables pour la pérennité des entreprises.

Rappelez-moi

 

Votre nom

Votre prénom

Votre téléphone

Fermer
Rappelez-moi

Votre nom

Code Postal

Votre téléphone

Fermer